Les bénéfices de la communauté enfantine

Lorsqu’un enfant atteint l’âge de 2 ans, ses parents ont la plupart du temps déjà mis en place un système de garde afin de pouvoir reprendre le travail et il ne leur reste plus qu’une seule année avant l’entrée de leur enfant à l’école maternelle. Ainsi on peut légitimement se demander pourquoi ces mêmes parents devraient chambouler l’ordre tout juste établi, souvent de haute lutte, pour inscrire leur enfant dans une communauté enfantine1 à 2 ans ? 

Assistante Montessori formée auprès de l’AMI pour accompagner les enfants de la naissance à 3 ans, je pratique au sein de l’ambiance Hummingbird de la Maison des Enfants de Castelnau-le-Lez. J’’ai sciemment choisi cette tranche d’âge, car je suis convaincue que les trois premières années de la vie d’un enfant sont fondatrices et déterminantes. Selon moi, proposer à un enfant de moins de 3 ans un environnement Montessori, c’est lui permettre de se préparer à entrer confiant, serein et volontaire dans les apprentissages fondamentaux dispensés à partir de l’école maternelle. La nature du matériel que l’on propose à l’enfant, la posture des adultes travaillant auprès de l’enfant, le travail sur l’autonomie, sur l’acquisition de la volonté, sur la concentration et sur la gestion des émotions sont autant de raisons, qui devraient inciter de plus en plus de parents à considérer les communautés enfantines.

Une communauté enfantine c’est avant tout un environnement préparé pour répondre aux besoins des enfants de cet âge, qui ont, encore et toujours, une envie irrépressible d’explorer : ainsi ils évoluent dans un univers où on peut leur dire oui, où ils ont le droit de faire et de faire encore, car leur sécurité est garantie. Et quelle joie de s’entendre dire oui plutôt que non !

La posture de l’adulte : une ambiance Montessori entre 2 et 3 ans, ce sont ensuite deux adultes à la posture préparée, au langage adapté et qui constituent un modèle pour les enfants. Pour les parents, c’est la certitude de confier leur enfant à des personnes qui le considèrent comme un être humain avec des droits, notamment le respect, et qui vont, par l’observation, l’aider à satisfaire ses besoins du moment. Il s’agit de garder à l’esprit que lui seul sait ce qu’il fait et pourquoi il le fait, la seule certitude que l’adulte doit avoir, c’est que l’enfant a besoin de faire ce qu’il fait car c’est ainsi qu’il travaille à sa prochaine acquisition, à son développement. Charge à nous, adulte, de faire en sorte que cela soit possible.

L’autonomie est souvent la quête ultime des parents qui souhaitent que leur enfant puisse faire seul, en toute indépendance, mais l’autonomie se travaille et se prépare. Là où les parents manquent parfois de temps, la communauté enfantine est conçue pour que tout le temps nécessaire puisse être consacré à l’apprentissage de l’autonomie, avec patience et écoute des désirs de l’enfant.

L’enfant est un explorateur et l’enfant de moins de 3 ans explore selon un guide que Maria Montessori appelait le « maître intérieur », mu par la force de l’ « Horme »². Cela signifie que l’enfant ne peut souvent pas faire autrement que ce qu’il fait, il est poussé par son élan vital et ne peut le maîtriser. Et parfois cela aboutit à des situations conflictuelles avec ses parents qui ne comprennent pas pourquoi leur enfant n’arrive pas à faire ce qu’on lui demande ou au contraire à ne plus faire ce qu’il est en train de faire. Il en est tout simplement incapable, comme un bébé de 5 mois ne pourrait pas marcher même si on le lui demandait. La communauté enfantine, c’est aussi le lieu où la naissance de la volonté consciente est possible, lorsqu’avec les éducateurs, et c’est un long travail, les enfants apprennent petit à petit à réprimer l’Horme au profit d’une volonté consciente.

La concentration est souvent un mot que l’on trouve ambitieux lorsque l’on parle d’un enfant. Or les enfants sont capables de se concentrer, au départ quelques secondes puis de plus en plus longtemps. Mais cette concentration est tellement fragile qu’elle doit à la fois être encouragée, travaillée, et le plus souvent surtout préservée. C’est aussi le propre d’une communauté enfantine que de proposer aux enfants des travaux avec des séquences de travail de plus en plus longues, leur permettant d’augmenter leur capacité de concentration. C’est également un environnement où l’éducatrice n’interrompt pas la concentration et puisqu’elle sait à quel point elle peut être éphémère, elle sait la protéger par le silence, l’économie de mot, l’économie de mouvement …

On parle souvent de l’âge des deux ans comme de l’âge terrible car les enfants sont traversés par des tempêtes émotionnelles intenses alors qu’ils ne sont pas encore équipés pour les gérer (le cortex pré-frontal et le cortex orbito-frontal qui régulent les émotions ne sont pas opérationnels avant l’âge de 5 ans). L’adulte qui évolue auprès de cet enfant doit avoir conscience de la responsabilité qui est la sienne, lorsqu’il accompagne les émotions de ces enfants. La manière dont un enfant de cet âge-là est guidé dans la gestion de ses émotions est, selon moi, déterminante dans le rapport que le futur adulte aura à ses émotions. L’adulte ne doit pas juger l’émotion, l’adulte doit reconnaître la colère, la frustration, la tristesse : toutes les émotions sont acceptables, mais toutes les manières de les exprimer ne le sont pas et un enfant, correctement accompagné, peut comprendre cela. Il ne s’agit pas de mettre un couvercle sur les émotions, mais d’apprendre à les accueillir et à les verbaliser, puis à mettre en place des ressources pour retrouver un peu de sérénité. C’est une mission de l’ambiance Montessori pour les moins de 3 ans et au-delà de la gestion des émotions, c’est aussi un travail qui permet à l’enfant d’être reconnu comme individu, il acquiert la confiance en soi, il construit sa personnalité et se connaît.

Enfin il est impossible de ne pas voir à quel point les enfants, très jeunes, sont des petits explorateurs, avides de tout découvrir et de tout apprendrePourtant rares sont les adultes, les jeunes enfants même, qui ont réussi à conserver intacte cette soif d’apprendre, cette curiosité insatiable…Choisir d’inscrire son enfant dans une école Montessori dès deux ans, c’est aussi la garantie que cette soif d’apprendre pour soi et pour personne d’autre, ne sera pas étouffée si jeune. Car encore une fois un enfant dans une ambiance Montessori n’a à sa disposition que du matériel qui l’intéresse, qui lui fait envie et qu’il a le droit d’explorer, librement, aussi longtemps qu’il le souhaite, son élan n’est pas brisé, ainsi peut-il conserver sa curiosité !

Maria Montessori a écrit dans L’Esprit absorbant : « Nombreux sont ceux qui soutiennent aujourd’hui, comme moi-même, que la partie la plus importante de la vie […est] la première période, celle qui s’étend de la naissance à 6 ans, parce que se forment, non seulement l’intelligence, le plus grand instrument de l’homme, mais aussi l’ensemble des facultés psychiques. »  

Tout est dit. Alors, si les six premières années de la vie de l’être humain sont les plus importantes, peut-on vraiment se contenter d’une garderie pour la moitié de cette période ? Qu’y- a-t-il de plus grandioses comme apprentissages que la marche et le langage à l’échelle de l’homme ? Et tous ces petits miracles se produisent avant 3 ans ! Oui, l’enfant ne naît pas à trois ans et il me semble urgent de redonner à ces 3 premières années leurs lettres de noblesse !  

1 la communauté enfantine est le nom donné par Maria Montessori à l’ambiance accueillant les enfants de la marche assurée (autour de 18 mois) à trois ans. On parle également plutôt d’ambiance que de classe.

² Horme : élan vital

Carine, assistante anglophone Montessori – Hummingbird

La pédagogie Montessori des 2/3 ans ou le passage en douceur en classe de maternelle

La classe des Hummingbirds se compose d’enfants âgés de 2 à 3 ans, cela correspond à la toute petite section de maternelle dans le système classique. 

Cette classe d’éveil permet une préparation et une transition douce vers la maternelle tant sur un plan pédagogique qu’émotionnel.

En effet, les enfants connaissent déjà les lieux car toutes les classes sont situées dans le même bâtiment et des visites sont organisées durant l’année dans les ambiances 3/6 – Ladybug et Butterfly – afin de se familiariser avec les classes, les camarades et les éducateurs.trices. 

Tous les enfants inscrits dans la classe des 2/3 ans ont la garantie d’avoir une place dans une classe 3/6 ans. Pour en savoir plus sur l’inscription et les tarifs:

Ambiance 2/3 ans

img
img