FAQ

Vous vous posez des questions sur la pédagogie Montessori ? Voici les réponses aux questions les plus fréquemment posées.

La pédagogie Montessori est basée sur le respect du rythme de l’enfant. A « la Maison des Enfants », hormis un problème spécifique, les enfants commencent généralement à lire vers 5 ans, sans y avoir été contraints. Ici ce n’est pas un signe de précocité.
Pour les enfants qui ont été testés précoces, la pédagogie Montessori leur permet de se développer et d’apprendre à leur rythme dans un environnement qui leur est favorable et où ils peuvent donner le meilleur d’eux-mêmes.
Les enfants apprennent à se respecter les uns et les autres et à progresser chacun à leur rythme. Ils ne se comparent qu’à eux-mêmes, pas aux autres ! Le matériel pédagogique a d’ailleurs été développé pour ne pas favoriser la comparaison des performances. L’enfant n’attire ni la moquerie, ni la jalousie des autres.

Le matériel est suffisamment abondant pour leur permettre d’explorer profondément un domaine qui les passionne. Ils peuvent donc avancer vite dans les matières où ils ont un don réel tout en restant des enfants de leur âge psychologique véritable.

Les études sur les enfants précoces ont montré que ceux-ci perdent le goût de l’effort parce qu’on les cantonne à des choses trop faciles pour eux. Ils se trouvent souvent en difficulté le jour où ils doivent fournir un réel effort; ceci est une cause non négligeable d’échec scolaire des enfants précoces.
Les enfants ayant « sauté » une ou deux classes se retrouvent les seuls de leur âge et sont donc confrontés à un décalage de maturité. Ils ne se sentent pas à leur place avec des plus grands qui ne partagent pas les mêmes centres d’intérêts.

Il est important que l’enfant précoce se sente respecté et que son enthousiasme d’apprendre soit stimulé.

A la Maison des Enfants, les enfants se sentent particulièrement heureux de se retrouver dans une pédagogie où ils peuvent donner le meilleur d’eux-mêmes.

Ce texte est inspiré d’un article trouvé sur le site de “l’Ecole de la Vie“, à Annecy (74).

Maria Montessori avait observé que les petits observent les grands qui leur servent de modèle, et que les grands (quand ils y ont été habitués) apprennent à aider les petits au lieu de chercher à les dominer.
Il est très utile pour un enfant d’être une fois le plus jeune, puis après le plus vieux d’un cycle, avant de devenir le plus jeune du cycle suivant…

On s’aperçoit que les enfants adorent s’entraider et qu’ils ont plus de patience quand les explications sont fournies par un camarade, plutôt que par l’adulte.

Le mélange des âges est particulièrement efficace lors des travaux de groupe où chacun trouve naturellement sa place.

Ce texte est inspiré d’un article trouvé sur le site de “l’Ecole de la Vie“, à Annecy (74).

La comparaison est possible mais pas à n’importe quel moment.

En effet, d’une part l’ordre chronologique d’acquisition et surtout la manière d’aborder les connaissances sont différents de ceux du système traditionnel, mais surtout chaque enfant au sein même de l’école a un rythme d’apprentissage différent.

Il en résulte inévitablement des différences de connaissances ne serait-ce qu’entre deux élèves de même âge ayant passé la même période dans l’école.
L’éducation Montessori ne laisse rien au hasard, et l’apprentissage de certaines notions complexes peut s’étaler sur plusieurs mois

Les parents sont souvent surpris de voir que l’enfant va pouvoir intégrer des notions qui leur paraissent très complexes grâce à un matériel qui lui a été présenté très tôt.

Finalement le programme de l’E.N. est un objectif minimum qui est généralement respecté.

ll y a dans un environnement Montessori un juste équilibre entre structure et liberté.
Tout d’abord l’enfant va apprendre le cadre et les règles qui permettent de maintenir l’ambiance indispensable à l’éducation Montessori.
Ensuite, l’idée de liberté, celle qui conduit à la responsabilité, est graduellement présentée aux enfants.
Tout en leur fournissant différentes voies à suivre, nous leur donnons les moyens de faire des choix judicieux, éclairés et respectueux des valeurs sociales dans lesquelles ils grandissent.

L’enfant fait-il pour autant tout ce qu’il veut à l’école ?
NON ! L’enfant apprend l’autodiscipline, ce qui est très différent de l’absence de discipline.

Les enfants indisciplinés et inexpérimentés ne sont pas vraiment libres mais sont plutôt esclaves de leurs désirs immédiats et plus ils avanceront en âge avec des comportements inadaptés, plus il sera difficile de modifier ces comportements.
En réalité, un comportement destructeur rend malheureux l’individu qui le perpétue.

Être libre signifie beaucoup plus que « faire ce que l’individu désire faire », être libre implique aussi et surtout la capacité de pouvoir distinguer et de pouvoir choisir ce qui est bénéfique et constructif pour soi pour ensuite être capable de mener ces choix à terme.

A la Maison des Enfants, la seule véritable limite que chacun se fixe, est le respect : de soi-même, des autres et de l’environnement dans lequel il évolue.

Une décontraction sur la forme n’est nullement synonyme de laxisme sur le fond.

L’enfant qui est respecté n’a pas besoin de provoquer ou de faire ses coups par derrière.

Les élèves les plus âgés sont un exemple permanent pour les plus jeunes. Ils savent qu’il est plus agréable d’être admiré que d’être un contre-exemple.

Les limites sont fixées en fonction de l’intérêt général, la liberté de chacun s’arrête là où commence celle des autres…

Ce texte est inspiré d’un article trouvé sur le site de “l’Ecole de la Vie“, à Annecy (74).

En France, toutes les écoles hors contrat sont régulièrement contrôlées par l’Éducation Nationale.
Pour une école privée, être sous contrat permet d’avoir des instituteurs payés par l’Éducation Nationale.
Malheureusement il n’est possible aujourd’hui d’obtenir un contrat qu’à la condition d’employer des instituteurs de l’Éducation Nationale.
Pour respecter scrupuleusement les principes de l’éducation Montessori, nous avons fait le seul autre choix possible, celui du statut “école privée hors contrat”.

Par exemple, l’apprentissage de la lecture se fait par la méthode syllabique, il nous parait impensable de le faire autrement ce qui ne correspondait pas aux règles de l’éducation Nationale jusqu’à très récemment.
Néanmoins si l’Éducation Nationale continue de modifier sa pédagogie dans ce sens, elle va rejoindre celle de Montessori !

Et comment les parents peuvent-ils évaluer le niveau de l’enfant ?
Les éducateurs aident régulièrement chaque enfant à évaluer son travail et ses acquis.
Ils ne distribuent ni bonnes ni mauvaises notes, considérant que des chiffres ne peuvent pas rendre compte de la qualité d’un travail personnel.
Ils n’émettent surtout pas de jugements de valeur.

En revanche l’enfant est suivi de près et l’éducateur note sur une feuille de route chaque étape de l’évolution de l’enfant.
On y retrouve le matériel qui lui a été présenté, celui qu’il a intégré et celui qu’il doit encore travailler…

Lors des rencontres avec les parents, l’éducateur utilise ce document pour travailler sur la construction de l’enfant. L’observation des enfants est importante afin de comprendre le chemin de chacun.

Même si des échanges parents-éducateurs ont lieu régulièrement de manière informelle, les entretiens personnalisés, demandés par les parents ou par les éducateurs, sont l’occasion de se poser pour faire le point.

Ce texte est inspiré d’un article trouvé sur le site de “l’Ecole de la Vie“, à Annecy (74).

La pédagogie Montessori développe l’autonomie de l’enfant, la confiance en soi et l’autodiscipline. Ces valeurs sont imprégnées en lui pour la vie.
L’enfant peut s’adapter plus rapidement aux situations nouvelles telles qu’un déménagement, un changement d’environnement linguistique, un changement d’école et donc un changement de pédagogie.
Il peut s’adapter positivement aux nouvelles situations puisqu’il a développé sa concentration et son autodiscipline, qu’il a connu le plaisir et le désir d’apprendre et qu’il est bien adapté socialement.
Ces capacités favorisent la quête de la connaissance tout au long de l’existence et permettent à l’enfant de s’intégrer facilement dans tout nouveau système.

Il est certain qu’un enfant élevé dans ce respect de lui, trouvera des différences dans les autres systèmes scolaires (spécialement si c’est en France) qui sont marqués par une plus grande rigidité.

L’expérience prouve que ces enfants s’adaptent bien aux nouvelles contraintes et conservent les qualités développées pendant leurs années Montessori.

Si les parents nous font un peu savoir à l’avance que l’enfant va nous quitter, cela nous permet de le préparer à ce changement futur et ainsi cela se passe très bien.

La plupart des enfants qui nous ont quittés ont rejoint des écoles traditionnelles publiques ou privées (sous contrat).

Les 2 principales difficultés rencontrées par la suite par les enfants concernent :
– La somme écrasante de devoirs donnés à la maison qui ne laisse plus de place aux activités sportives, culturelles et artistiques.
– La fatigue qu’entraine un rythme qui n’est pas le leur.

Enfin les enfants qui sautent une ou deux classes éprouvent plus de difficultés à s’intégrer dans leur nouvelle classe…

Ce texte est inspiré d’un article trouvé sur le site de “l’Ecole de la Vie“, à Annecy (74).

Au delà de la pédagogie, l’apprentissage passe par la manipulation de nombreux matériels.

Il y a dans une classe Montessori plus de 500 activités et travaux qui sont mis à la disposition des enfants, un par un.
Ces travaux ne sont pas des aides didactiques à proprement parler car ils ne servent pas à « enseigner » ni à inculquer un apprentissage, ils servent plutôt à assister l’enfant dans son œuvre intérieure d’autocréation et de développement mental.
Ils favorisent l’apprentissage en captant l’attention de l’enfant et en développant sa concentration.
C’est en manipulant le matériel que l’enfant développera sa coordination, qu’il apprendra à porter attention aux détails et qu’il développera de bonnes habitudes de travail.

Ce matériel qui peut sembler si magique lorsqu’on ne l’a jamais vu est en fait déroutant de simplicité et d’efficacité.
Il met en œuvre tous les canaux d’apprentissage de l’enfant (auditif, kinesthésique, visuel et parfois même le goût et l’odorat).
Il se présente souvent sous forme de puzzle 2D ou 3D, de perles, de planches graphiques…

Seule une présentation par une éducatrice Montessori pourra vous faire comprendre toute la puissance du matériel . Demandez un rendez-vous ! Et venez avec votre enfant…

Ce texte est inspiré d’un article trouvé sur le site de “l’Ecole de la Vie“, à Annecy (74).

Dans la pédagogie Montessori, les enfants apprennent à lire avec la méthode phonétique.

Le matériel Montessori permet l’apprentissage simultané de la lecture et de l’écriture.

Comme les membres nécessaires à cette écriture ne sont pas encore suffisamment développés chez les plus petits, l’enfant aura préalablement été préparé (au niveau musculaire et articulaire) par les nombreuses manipulations du “matériel de développement sensoriel”.

Il va d’abord apprendre la phonétique des lettres puis les associera entre-elles. Il passera ensuite aux phonèmes simples puis finira par les plus compliqués ; Dans le même temps, il aura appris à écrire les mots et corrigera déjà quelques fautes d’orthographe !
Demandez à une éducatrice de vous présenter l’ensemble du matériel mis en œuvre et vous comprendrez instantanément…

Ce texte est inspiré d’un article trouvé sur le site de “l’Ecole de la Vie“, à Annecy (74).

Bien que Maria Montessori fut profondément croyante (catholique), “la Maison des Enfants” ne pense pas qu’il lui appartienne d’inculquer une quelconque croyance aux enfants mais que c’est plutôt le rôle des parents. Comme toute école laïque, elle respecte les croyances et les cultes de chacun. “La Maison des Enfants” tient à rester indépendante de toute idéologie religieuse, sectaire et politique. Ceci est d’ailleurs notifié dans le règlement intérieur de l’école.