Article traduit de l’anglais par Laetitia Malet – Lire l’article original sur le site du New York times

 

Le bilinguisme est rare et précieux. Il est vrai que parler deux langues parfaitement est une chose dont la plupart d’entre nous rêveraient sachant la difficulté rencontrée lors de nos apprentissages linguistiques.

Le bilinguisme est probablement plus fréquent dans d’autres pays non anglophones, car de nombreux enfants qui grandissent aux États-Unis ne sont pas exposés à d’autres langues. Mais les étapes qui suivent la voie du bilinguisme peuvent aider l’enfant dans son apprentissage des langues. L’exposition précoce à plusieurs langues entraine certains avantages, en particulier la formation des sons dans ces langues.

Cependant, les parents ne devraient pas supposer que les compétences linguistiques naturelles des jeunes enfants conduisent forcément à un apprentissage sans efforts. Erika Hoff, une psychologue du développement, professeur à l’Université Florida Atlantic et l’auteur principal d’un article de presse écrit en 2015 sur le développement du bilinguisme, a déclaré : « Pour tous ceux qui essaient d’élever un enfant bilingue, quel que soit votre contexte et votre raison, il est très important de réaliser que l’acquisition d’une langue nécessite une exposition massive à cette langue « .

Les pédiatres conseillent régulièrement aux parents de parler le plus possible à leurs jeunes enfants, de leur lire des histoires, de leur chanter des chansons. Le but étant d’accroître leur exposition linguistique, une préoccupation majeure, même pour les enfants grandissant avec une seule langue. Pour favoriser le développement du langage, l’exposition doit être humaine. Les écrans ne comptent pas dans l’apprentissage du langage chez les jeunes enfants – Même si les enfants pourront apprendre le vocabulaire sur un écran par la suite.

« Pour le développement du bilinguisme, l’enfant devra être exposé aux deux langues », a déclaré Erika Hoff, « Et ceci est vraiment difficile dans un environnement monolingue, comme aux Etats-Unis ».

Les pédiatres conseillent aux parents non anglophones de lire à haute voix, de chanter, de raconter des histoires, de parler avec leurs enfants dans leurs langues maternelles. Ceci offre aux enfants une exposition riche et complexe aux langues, ainsi qu’un contenu et une information sophistiqués contrairement à une exposition limitée obtenu de quelqu’un qui parle une langue de façon non maitrisée.

Les parents proposent toutes sortes de stratégies pour essayer de promouvoir ce type d’exposition. Dans certaines familles, chaque parent parle une langue différente à l’enfant. Mais l’enfant sera en mesure différencier les deux langues, même si les deux parents parlent s’expriment à la fois dans une langue, puis dans l’autre, a déclaré Erika Hoff. « Aucune recherche ne suggère que les enfants doivent entendre la même langue du même orateur pour éviter toute confusion. ». D’autre part, cette règle pourrait être une façon de s’assurer que la langue cible (non maternelle) est utilisée.

Si un enfant grandit auprès d’adultes qui parlent une langue étrangère – peut-être une fille au pair chinoise ou une nounou anglaise – Il peut alors voir certains avantages à étudier cette langue. Mais si un enfant grandit en parlant cette seconde langue – par exemple Coréen – avec des cousins et des grands-parents, dans une école qui met l’accent sur la langue et la culture, à travers l’écoute musique, de lecture de livres, ou encore la visite du pays, cet enfant finira par avoir un sens beaucoup plus fort de la langue.

L’acquisition de deux langues prend plus de temps que pour une seule, a déclaré Erika Hoff, et cela, encore une fois, dépend de l’exposition.

“ Un enfant qui apprend deux langues aura un vocabulaire plus restreint que celui d’un enfant qui n’en apprend qu’une seule ; il y a si peu de temps dans une journée, et vous entendez à la fois l’anglais et l’espagnol « , a déclaré le Erika Hoff. Les enfants s’en sortiront, dit-elle. Ils peuvent mélanger les langues, et cela n’est pas un indicateur de confusion. “ Les adultes bilingues mélangent leurs langues tout le temps ; C’est un signe de capacité linguistique « , a-t-elle déclaré.

Erika Hoff travaille dans le sud de la Floride, où se trouve une population éduquée et prospère qui élève des enfants en espagnol et en anglais. « Les enfants commencent comme des bébés bilingues, mais plus ils sont vieux, plus l’anglais dépasse l’espagnol », a-t-elle déclaré.  » Ceux qui sont parfaitement bilingues en tant qu’adultes sont beaucoup plus à l’aise en anglais qu’ils ne le sont en espagnol – ils ne sont pas allés à l’école en espagnol, ils ne lisent pas les livres en espagnol et, lorsque vous mesurez réellement leur vocabulaire et la grammaire qu’ils comprennent, la cohérence du récit qu’ils produisent, ils ne sont pas aussi compétents qu’ils le sont en anglais « .

Gigliana Melzi, psychologue du développement et professeur agrégé de psychologie appliquée à l’Université de New York qui étudie le langage dans les familles hispanophones et anglophones, est d’accord. « Les parents doivent être vigilants lors de l’introduction aux enfants de la lecture dans cette langue », a-t-elle déclaré. « Ils devront réfléchir aux moyens à mettre en place pour encourager l’enfant à maintenir la langue ».

Il est également important, a-t-elle dit, de regarder l’enfant dans son individualité et de s’assurer qu’il n’est pas surchargé de demandes en raison d’attentes et d’ambitions de la part des parents ; peut-être l’apprentissage de trois langues, d’un instrument de musique et d’un sport est trop pour l’enfant.

Les langues que vous apprenez en tant qu’enfant sont importantes, mais il en est de même pour les langues que vous apprenez plus tard au cours de votre vie.  » Nous connaissons tous des gens qui parlent parfaitement l’anglais sans qu’il s’agisse de leur langue maternelle.  » a déclaré Erika Hoff. « Le cerveau humain est incroyable, ainsi que la capacité humaine à acquérir une langue ».

Alors, que devraient faire les parents s’ils veulent guider leurs enfants vers le bilinguisme ? « Trouvez un locuteur natif et demandez à ce locuteur natif de s’amuser, des parler de choses intéressantes avec votre enfant, et votre enfant apprendra quelque chose », a déclaré Erika Hoff. « Ne vous attendez pas à ce que votre enfant devienne soudainement bilingue parfaitement, mais ceci n’est pas un problème.  » Quoi que vous fassiez, c’est un avantage.

Le docteur Melzi a déclaré que souvent, un enfant qui a été dans un environnement bilingue pendant ses premières années à l’école, dans une école où la langue native est parlée, a utilisé cette langue pour raconter ses journées.

« Il y a une poussée dans le monde entier où l’anglais devient la langue la plus utilisée, il est donc important que l’enfant soit exposé à d’autres langues dès le début. Plus vous êtes jeune, plus vous vous exprimerez comme un natif », a-t-elle déclaré. D’autre part, les enfants plus âgés peuvent apprendre plus facilement : « Plus vous êtes jeunes, plus vous êtes rapides », a-t-elle déclaré. « Plus vous êtes âgé, plus vous êtes efficaces. Vous avez une première langue que vous pouvez utiliser pour démarrer ».

Pour conclure, le vrai bilinguisme peut être rare, mais les parents ne devraient pas être découragés. Toutes les compétences acquises par les enfants sont très précieuses, a déclaré le Dr Melzi. « Cela en vaut la peine, mais c’est beaucoup de travail.«